The Canadian Nickel 5 Cent Is 75 Years Old (ENGLISH)
Le 5 Cents Canadien En Nickel A 75 Ans (FRENCH)


The 5 cent piece as we know it today, in term of dimension and metallic composition was introduced 75 years ago, in 1922. Before that date, the 5 cent pieces were made of silver and were smaller than the 10 cent pieces.

As a matter of fact, since its introduction in 1858, and up to and including 1921, the 5 cent piece was struck in silver and its diameter was of only 15.5mm. Its weight of 1.16 grams was exactly the half of the weight of the 10 cent.

In 1919, because the silver price increased, the government considered the possibility of modifying the 5 cent coin. It was the beginning of the end for this small coin that was causing a few problems. Not only was it easy to lose because it was so small, but it was so thin, it caused the dies to wear out prematurely.

In a first attempt, the metallic content changed from .925 to .800 silver, but this was only a temporary solution. as soon as 1919, the government requested design suggestions from England with the intention of issuing a completely new coin as soon as possible, even in 1920 if possible.

This new coin was introduced in 1922. It was round, with a diameter of 21.21mm and was made 100% in nickel. Not only was the nickel a fraction of the price of silver, but it was acknowledged worldwide as an excellent metal for coinage. In addition, Canada was the world's largest producer of this metal. So, it was in 1922 that nickel was used for the first time to strike a Canadian coin.

Among the numerous entries, the design selected to be used on the reverse of the coin had been submitted by W.H.J. Blakemore. It shows the word CANADA at the top of the coin, with a large "5" in the middle, flanked by the inscriptions "FIVE" at left and "CENTS" at right. The date is at the bottom of the piece and is separated from the "5" by two maple leaves. This design was unmodified up to and including 1936. For the obverse, it remained as it was on silver coins, featuring the crowned effigy of king George V facing left.

Among all the pieces issued between 1922 and 1936, only those issued in 1925 are rare. As a matter of fact, only 201,921 coins were issued with this date. Let's mention also that two varieties exist for 1926. On the first variety which is common, the tail of the "6" is "near" to the maple leaf, while on the other variety which is more rare, it is "far" from the maple leaf.

Following the accession to the throne of King Edward VIII, Canada decided to take advantage of the event to introduce completely new reverse coin designs. Both sides of the 5 cent coin were then modified in 1937. The obverse presents the un-crowned effigy of the new monarch George VI who succeeded his brother who in the meantime had abdicated. The effigy was prepared from a portrait of T.H. Paget (HP at the truncation).

It was initially decided that the caribou would be used for the reverse of the 5 cent coin. But this design was finally used on the 25 cent coin. A design submitted by George E. Kruger-Gray for the 10 cent coin, and showing a beaver was then selected for the 5 cent coin. (see initials K.G. at left of the beaver, over the water lines). The design pictures a beaver on a rock-studded mound of earth rising out the water. The word CANADA is under the water lines. While the date was at the top on the original design, it was placed at the bottom, under CANADA. The inscription "5 CENTS" is at the top, flanked on each side by a small maple leaf. When the production of the new coin began there were still some technical difficulties. The possibility of striking the coin with an upset reverse, while Canadian coins had been struck with straight reverses since 1908, was even considered. But the problems were eventually resolved without modifying the design. Let's note that all of the 1937 dated 5 cent coins have a small dot after the date. The exact reason for this dot is still a subject for additional research.

This very popular and Canadian representative design is still used today, but it gave up its position to a few other designs on a few occasions.

Let's look in a chronological way at the evolution of this coin and the modifications it suffered through along the years.

The first major modification occurred in 1942. Because the need for nickel caused by World War Two, the government decided that no more nickel would be used for coinage until the end of the war. Various replacements were now considered for the 5 cent coin, including an alloy containing a small amount of silver which the United Stated had adopted, but this idea was ruled out partly because of its cost. Cupro-nickel was also considered but rejected, and finally, "TOMBAC", an alloy of copper and zinc, was retained.

Another modification also occurred, the coin which was round since its introduction in 1922 was modified to be dodecagonal (12-sided), to avoid confusion with the cent. The new shape was inspired by the brass three pence introduced by Great Britain in 1937.

About the design it was proposed to add a small "V" under each of the maple leaves to remind the public that the change was part of the war effort. But the beaver design was not modified on the 1942 dated coins. Let's mention that both type coins, the round nickel coin and the dodecagonal tombac coin were issued in 1942. The tombac coins were hoarded by the public because a suspicion that they would be withdrawn soon after issue and thus become valuable rarities.

Meanwhile work continued on new designs for the 1943 issue. The objective was to promote war efforts. Several designs were created, all featuring the Churchill's famous "V" for Victory. Tombac continued to be used for the 1943 5 cent but the reverse design was completely modified. The selected design shows a large "V" in conjunction with a torch. The "V" also meant the denomination "5" in roman number. The word CANADA is at the top and CENTS is at the bottom flanked by one maple leaf on each side. The date is split on each side of the "V". This design was done by Thomas Shingles (TS at the right of the V). In addition, a short message in International (morse) code is all around the piece. This message that reads "WE WIN WHEN WE WORK WILLINGLY" also commemorated the centenary of the International Code invented by Samuel Morse in 1843.

This design was also used on 1944 and 1945 dated coins, but tombac composition was changed to chromium-plated steel. Reasons given for this change were different from the Mint than from the government. As a compromise, the public was told that the change was caused by a shortage of both components of tombac, namely copper and zinc.

In 1946, as the war was over, the "beaver" design and nickel were reintroduced, but the 12-sided shape was retained, this shape being now popular. They then began to withdraw tombac coins.

In 1948 the legend on the obverse of the coin was modified, as for other denominations, because India obtained its independence. So, the inscriptions "ET IND: IMP:" which meant "AND EMPEROR OF INDIA" had to be removed. As this change took several months, and that demand was persistent for new coinage, the government had to issue in 1948, coins dated 1947. To identify that these coins had been struck in 1948, a small maple leaf was added after the date. Some coins, more rare, have only a small dot after the date.

In 1950, the Mint decided to strike (in 1951) a coin to commemorate the 200th. anniversary of the discovery and naming of the element NICKEL by Swedish chemist A.F.Cronstedt in 1751. Although up to this date the only two commemorative Canadian coins were one dollar coins, the logical denomination to be used to commemorate the event was the nickel 5 cent, as it was the only nickel coin in the Canadian series.

A large design committee was appointed to oversee an open competition. The selected design pictures a nickel refinery with low buildings flanking a smoke stack in the centre. The inscriptions "NICKEL 1751-1951" are at left and "5 CENTS" at right. At the bottom, there are three maple leaves. The design was the work of Stephen Trenka (ST at the right under the building).

But the striking of the commemorative coin was suddenly stopped because of the Korean War which caused a strong demand for nickel. Once again the five-cent piece had to be composed of steel, but this time it was coated with a very thin layer of nickel and plated with chromium, showing on the reverse the regular beaver design slightly modified. Both type of coins were issued in 1951 with about nine millions of the commemorative coins.

As the use of steel caused few problems and required few adjustments, there are two varieties of 1951 coins showing the beaver. While most of coins have a low relief, some samples, scarce and expensive are known with a high relief.

The coin continued to be struck in steel up to and including 1954.

Meanwhile the effigy of the new monarch, Elizabeth II, replaced the one of George VI in 1953, and as was the case on other denominations, there were both strap and strapless coins issued. The new effigy was done by Mary Gillick (MG) at the truncation.

It's finally in 1955 that nickel was resumed for the striking of 5 cent coins, but the coin still dodecagonal. It's only in 1963 that the round shape was resumed and it was no more modified.

In 1965 a new effigy of Elizabeth II was introduced on all Canadian coins.

This new effigy was produced from a portrait by Arnold Machin. Let's mention that the designer initials do not appear on the coin.

In mid 60's, the government decided that six new designs would be used to commemorate the Centenary of the Confederation in 1967. A design competition was open to all Canadian artists, sculptors and designers. Both the size of the award ($2500) and the composition of the panel of judges testified to the importance given the new designs. Among the judges was the late J. Douglas Ferguson, well known numismatist. Symbols which had perhaps been overworked previously were avoided and the judges selected the designs submitted by Canadian artist Alex Colville.

It's the rabbit, connected with fertility, new life and promise, that was selected for the 5 cent coin. In addition to the running rabbit in the center of the piece, the inscription "5 CENTS" is at the top of the coin while the word CANADA and the dates 1867-1967 are at the bottom. The regular beaver design was resumed in 1968 and has been used every year since.

In 1979, to standardize the presentation of coins, the effigy of the Queen was made smaller to make it proportional to the size of the coin. Another major modification occurred in 1982 when the metallic composition of the coin was changed from 100% nickel to 75% copper and 25% nickel. This change was caused by the fact that it then cost six cents to strike 5 cent coins, what could not continue. Then, in 1990, as for all the other Canadian coins, a new effigy of Queen Elizabeth II, designed by Canadian artist Dora de Pedery Hunt was introduced on the obverse of the 5 cent coin.

As it is on all Canadian coins dated 1992, both dates 1867 - 1992 appear on the five cent coins of this year. Let's remember that 1992 marked the 125th anniversary of Canadian Confederation, an event that the government decided to commemorate through several souvenir coins.

It is planned that the metallic composition of the 5 cent coin will be modified one more time in 1997. The coin will then be struck in steel with a nickel plating. The purpose of this change being always to save money.

This completes our retrospective of the "nickel" (and other metal) 5 cent.

This series constitute a very interesting collection, for several reasons.

First of all, there were coins issued every year, and with the exception of the 1925 dated coin and of three varieties (1926 "far 6", 1947 "dot" and 1951 "high relief") all the coins are available at a low cost, which allows one to buy them in a better grade and be available to every collector whatever his budget. The fact that the series goes back only 75 years and that it groups many different coins, as well about the design than about the metal used. And, as one can see, the history of our "large 5 cents" is directly related to the major events that have marked the last 75 years.


La Monnaie Canadienne, son histoire, sa collection, Y. Marquis, Unitrade Press, 1985 Striking Impressions, James A. Haxby, Monnaie Royale Canadienne, 1983 The Charlton Standard Catalogue of Canadian Coins, W.K. Cross, The Charlton Press, 1996 (English Edition)


La pièce de 5 cents, tel que nous la connaissons aujourd'hui, en terme de grosseur et de composition métallique, a vu le jour il y a 75 ans, soit en 1922. Avant cette date, les pièces étaient en argent et étaient plus petites que les pièces de 10 cents.

En effet, depuis sa mise en marché en 1858, et jusqu'en 1921 inclusivement, la pièce de 5 cents était frappée en argent et avait un diamètre de seulement 15.5mm. Son poids de 1.16 grammes était exactement la moitié de celui de la pièce de 10 cents.

En 1919, en raison de la hausse du prix du métal argent, on étudia la possibilité de modifier la pièce de 5 cents. C'était là le début de la fin pour cette petite pièce qui causait quelques problèmes. Non seulement était-elle facile à égarer en raison de sa petitesse, mais sa minceur provoquait aussi une usure excessive des coins de fabrication.

Dans un premier temps, le contenu métallique passa de .925 à .800 argent en 1920. Mais ce n'était là que mesure temporaire, car déjà en 1919 le gouvernement avait demandé à l'Angleterre de proposer des motifs avec l'intention d'émettre une nouvelle pièce complètement modifiée dès que possible. On souhaitait même le faire dès 1920.

Cette nouvelle pièce fut introduite en 1922. Elle était ronde, avait un diamètre de 21.21mm. et était faite de nickel à 100%. Non seulement le nickel était-il moins dispendieux que l'argent, mais il était reconnu dans le monde entier comme un métal très approprié pour le monnayage. Et de plus, le Canada était le premier producteur mondial de ce métal. C'est donc en 1922 que le nickel fut utilisé pour la première fois pour la frappe d'une pièce de monnaie canadienne.

Parmi les divers motifs soumis pour le revers de la pièce, celui retenu était l'oeuvre de W.H.J. Blakemore. Il montre le mot "CANADA" inscrit au haut de la pièce, avec le chiffre "5" au centre en gros caractère et encadré par les inscriptions "FIVE" (à gauche) et "CENTS" (à droite). La date apparaît au bas de la pièce et est séparée du "5" par deux feuilles d'érable. Ce motif demeura inchangé jusqu'en 1936 inclusivement. Quant à l''avers, il demeura tel que sur les pièces en argent, présentant l'effigie couronnée du roi Georges V face tournée vers la gauche.

De toutes les pièces émises entre 1922 et 1936, seule celle datée de 1925 est rare. En effet, seulement 201,921 pièces de cette date furent émises.

Mentionnons également que deux variétés existent pour l'année 1926. Sur la première variété qui est très courante, la pointe du chiffre "6" est "proche" de la feuille d'érable, alors que sur l'autre variété, beaucoup plus rare, la pointe du "6" est "éloignée" de la feuille d'érable.

Suite à l'accession du roi Edouard VIII au trône d'Angleterre, le Canada décida de profiter de l'occasion pur modifier l'ensemble des motifs ornant le revers de ses pièces de monnaie. Les deux côtés de la pièce de 5 cents furent donc modifiés à compter de 1937. L'avers montre l'effigie non couronnée du nouveau souverain George VI qui avait succédé à son frère qui avait entre temps abdiqué. L'effigie fut réalisée à partir d'un portrait de T.H.Paget (HP sous le buste).

On avait initialement prévu que le caribou ornerait le revers de la pièce de 5 cents. Mais ce motif fut finalement retenu pour la pièce de 25 cents.

Un motif montrant un castor et soumis par George E. Kruger-Gray pour la pièce de 10 cents, fut retenu pour la pièce de 5 cents (voir les initiales K.G. à gauche du castor, au-dessus des lignes d'eau). Le motif montre un castor sur une motte de terre qui sort de l'eau. Sous les lignes d'eau on retrouve le mot CANADA. Alors que la date apparaissait au haut de la pièce sur le dessin original, on décida de la placer au bas, sous le mot Canada.

L'inscription "5 Cents" est au haut de la pièce, encadrée de deux petites feuilles d'érable. Les premiers essais de frappe causèrent quelques problèmes et on envisagea même de produire les pièces avec des revers de direction inverse alors que depuis 1908 les pièces canadiennes étaient frappées avec des revers de même direction que l'avers. Mais on finit pas solutionner le problème sans affecter le motif. Notons également que toutes les pièces de 5 cents datées de 1937 ont un petit point après la date. La raison précise de la présence de ce point demeure toujours un sujet de recherche.

Ce motif très populaire et représentatif du Canada est encore utilisé de nos jours, mais il a cédé sa place à d'autres motifs en quelques occasions.

Revoyons donc de manière chronologique, l'évolution de cette pièce et les modifications qu'elle a subi au fil des ans.

La première modification majeure survint en 1942. En raison des besoins de nickel suscités par la Seconde Guerre Mondiale le gouvernement décida de ne plus utiliser ce métal pour la frappe de la monnaie, et ce, pour toute la durée de cette guerre. On pensa tout d'abord utiliser un alliage contenant une faible quantité de métal argent pour frapper la pièce de 5 cents, comme avaient fait les Etats-Unis, mais cette idée fut rejetée en partie en raison de son coût. On regarda également la possibilité d'utiliser le cupro-nickel, mais on décida finalement d'utiliser le "TOMBAC", un alliage à base de cuivre. Autre modification, la pièce qui avait toujours été ronde depuis 1922, fut modifiée pour devenir dodécagonale (à 12 côtés), ceci pour éviter la confusion avec la pièce de 1 cent. La nouvelle forme fut inspirée par la forme de la pièce de trois pence introduite en Grande Bretagne en 1937. Pour ce qui est du motif, on pensa ajouter un petit "V" sous chacune des feuilles d'érable pour rappeler que le changement s'inscrivait dans l'effort de guerre. Mais finalement le motif arborant le castor ne fut aucunement modifié sur les pièces de 1942. Notons que les deux types de pièces, soit la pièce ronde en nickel et celle dodécagonale en tombac furent émises en 1942. Plusieurs personnes thésaurisèrent ces dernières pièces croyant qu'on les démonétiserait après l'émission et qu'elles deviendraient rares.

Pendant ce temps, on continua a travailler sur de nouveaux motifs pour l'émission de 1943. Le but était de promouvoir les efforts de guerre. On en créa plusieurs qui avaient tous le fameux "V" pour Victoire, tel que popularisé par Churchill. Donc, on réutilisa le tombac comme alliage pour le 5 cents de 1943, mais le motif au revers de la pièce fut complètement modifié. Le nouveau motif montre au centre une torche superposée à un grand "V" symbole de la victoire. Le "V" indiquait également la dénomination de la pièce en chiffre romain. Le mot CANADA est au haut de la pièce et le mot "CENTS" est au bas entre deux feuilles d'érable. La date est répartie de chaque côté du motif central. Ce motif est l'oeuvre de Thomas Shingles (TS à da droite du V).

Fait à noter, un message inscrit en code morse apparaît tout autour de la pièce. Ce message "WE WIN WHEN WE WORK WILLINGLY" (Nous gagnons lorsque nous travaillons avec ardeur) visait également à souligner le centenaire du code Morse (de l'inventeur Samuel B. Morse) dont le brevet avait été obtenu en 1843.

Ce motif fut utilisé également sur les pièces de 1944 et 1945, mais le tombac fut remplacé par l'acier chromé. Les raisons de ce changement de métal variaient selon qu'elles venaient de la Monnaie ou du gouvernement.

On s'entendit donc pour annoncer publiquement que le changement était provoqué par une pénurie de cuivre et de zinc.

En 1946, comme la guerre était terminés, le motif du "castor" fut réutilisé et les pièces furent à nouveau fabriqiuées en nickel. Toutefois, la pièce continua à avoir 12 côtés, cette forme étant devenue populaire. On commenca alors à retirer de la circulation les pièces en tombac.

En 1948 la légende apparaissant sur l'avers de la pièce dut être modifié comme ce fut le cas pour les autres pièces, en raison du fait que l'Inde avait obtenu son indépendance. Il fallait donc enlever les inscriptions "ET IND: IMP:" qui signifiaient "ET EMPEREURDE L'INDE". Comme ce changement demanda plusieurs mois, et que la demande pour le numéraire persistait, il fallut frapper en 1948 des pièces datées de 1947. Pour indiquer que ces pièces avaient été frappées en 1948, on ajouta une petite feuille d'érable après la date. Certaines pièces, plus rares, montrent un petit point après la date.

En 1950 on planifia l'émission (pour 1951) d'une pièce de monnaie pour commémorer le bi-centenaire de l'isolation et de l'appellation de l'élément NICKEL par le chimiste suédois A.F. Cronstedt en 1751. Bien que jusqu'à cette date, les deux seules pièces de monnaie canadiennes commémoratives étaient des pièces de un dollar, il fut quant même décidé que ce serait la pièce de 5 cents qui commémorerait l'événement. L'une des raisons était que le cinq cents était la seule pièce canadienne faite en nickel.

Le motif de la pièce commémorative fut choisi suite à un concours populaire ouvert au public. Le dessin retenu montre une raffinerie de nickel avec de petits édifices entourant une haute cheminée. Le mot CANADA est au haut de la pièce, alors que l'inscription "5 Cents" est à la droite de la cheminée, et les inscriptions "NICKEL 1751-1951" sont à gauche. Au bas de la pièce, il y a trois petites feuilles d'érable.

Le motif est l'oeuvre de Stephen Trenka dont les initiales "ST" sont à droite de la pièce, sous l'édifice. Malheureusement, on dut interrompre subitement la frappe de cette pièce commémorative en raison de la Guerre de Corée qui suscita une forte demande de nickel. On revint donc avec des pièces en acier en les recouvrant cette fois d'une mince couche nickel, puis de chrome, arborant au revers le motif du "castor" montrant de légères modifications. Les deux types de pièces furent émises en 1951, dont environ neuf millions de pièces commémoratives.

Comme l'utilisation de l'acier nécessita quelques ajustements, on retrouve deux variétés de pièces de 1951 arborant le castor. Alors que la plupart des pièces ont un relief bas, quelques exemplaires, rares et dispendieux, sont connus avec un haut relief.

La pièce continua d'être fabriquée en acier jusqu'en 1954 inclusivement.

Entre temps, l'effigie de la nouvelle souveraine Elizabeth II remplaca celle de Georges VI en 1953, et comme pour les pièces des autres dénominations, il y eut des pièces montrant l'effigie avec ou sans bretelle sur l'épaule. La nouvelle effigie était l'oeuvre de Mary Gillick (MG au bas du buste).

C'est finalement en 1955, que l'on recommenca à utiliser le nickel pour frapper la pièce de 5 cents, mais la pièce était toujours de forme dodécagonale. Ce n'est qu'en 1963 que la pièce redevint ronde, et elle continua de l'être jusqu'à aujourd'hui.

En 1965, une nouvelle effigie d'Elizabeth II fut introduite sur toutes les pièces de monnaie canadiennes. Cette nouvelle effigie fut réalisée à partir d'un portrait d'Arnold Machin. Il est à noter que les initiales du dessinateur n'apparaissent pas sur la pièce.

Au milieu des années 60, le gouvernement avait décidé que pour commémorer le centenaire de la Confédération Canadienne en 1967, six nouveaux motifs seraient utilisés au revers des pièces de monnaie canadiennes. Un concours fut ouvert à tous les artistes, sculpteurs et dessinateurs canadiens.

L'importance du prix offert ($2500) et la composition du jury témoignaient de l'importance que l'on accordait aux nouveaux motifs. Parmi les membres du jury se trouvait le regretté J. Douglas Ferguson, numismate de renom. On évita les symboles ayant déjà servi et on retint des espèces de la faune canadienne pour toutes les pièces. Tous les dessins retenus avaient été soumis par l'artiste canadien Alex Colville.

C'est le lapin, représentant la fertilité, le renouvellement de la vie et l'espérance, qui fut choisi pour la pièce de 5 cents. Outre le lapin en course qui orne le centre de la pièce, on retrouve au haut de la pièce l'iinscription "5 CENTS" et au bas, le mot CANADA et les dates 1867-1967.

Le motif régulier du castor fut ramené dès 1968 et fut utilisé à chaque année depuis.

En 1979, afin d'uniformiser la présentation des pièces, l'effigie de la reine fut mofidiée de manière à la rendre proportionnelle à la grosseur de la pièce. Une autre modification importante s'est produite en 1982 alors que la composition métallique de la pièce passa de 100% nickel à 75% cuivre et 25% nickel. Cette modification résultait du fait que la production de la pièce de 5 cents coûtait près de six cents à produire, ce qui ne pouvait durer. Puis, en 1990, comme sur toutes les autres pièces canadiennes, une nouvelle effigie de la reine Elizabeth II, selon un portrait de l'artiste canadienne Dora de Pedery-Hunt, fut inntroduit sur l'avers de la pièce de 5 cents.

Puis, comme cela se retrouve sur toutes les autres pièces de monnaie canadiennes de 1992, on retrouve les dates 1867 et 1992 sur les pièces de 5 cents de cette année. Rappelons que 1992 marquait le 125e. anniversaire de la Confédération canadienne, événement que le gouvernement décida de souligner par divers programmes de monnaies souvenir.

Selon les prévisions, la composition métallique de la pièce de 5 cents sera à nouveau modifiée en 1997 alors que la pièce sera fabriquée en acier avec un placage de nickel. Ceci toujours dans le but de réduire les coûts de production.

Ceci complète notre rétrospective de la pièce de 5 cents "en nickel" et autres métaux. Cette série constitue une collection très intéressante et ce, pour diverses raisons. Tout d'abord il y a eu des pièces d'émises à chaque année, et à l'exception de la pièce de 1925 et de trois variétés (1926 "6 éloigné", 1947 avec point, 1951 haut relief), toutes les pièces sont accessible à faible coût, ce qui permet de les acquérir dans un bon état de conservation et les rend accessibles à tous les collectionneurs quel que soit leur budget. Il y a égalament le fait que la série ne s'étend que sur 75 ans et qu'elle regroupe plusieurs pièces différentes, tant au niveau des motifs que des métaux utilisés. Finalement, comme on peut le voir, l'histoire de notre "gros 5 cents" est en lien direct avec les événements d'importance qui ont marqué les 75 dernières années.


La Monnaie Canadienne, son histoire, sa collection, Y. Marquis, Unitrade Press, 1985

Pièces à l'Appui, James A. Haxby, Monnaie Royale Canadienne, 1983 Le Catalogue Standard Charlton des Monnaies Canadiennes, W.K. Cross, The Charlton Press, 1996 (Edition française)